LA CHAPELLE de MORNAY

APPEL A SOUSCRIPTION

La chapelle de Mornay (actuel hameau de la commune de Nurieux-Volognat) est située sur une hauteur des Monts Berthiand à 647 mètres d’altitude, dans cette région de moyenne montagne du département de l’Ain nommée le Haut-Bugey. Elle domine, du haut de son « pointu » toute la vallée d’Izernore ainsi que la reculée de Nantua et son lac.

Datée de la fin du XIè siècle mais plus vraisemblablement de la première moitié du XIIè, son érection correspond à celle du château mitoyen dont quelques vestiges sont encore identifiables. Il s’agit donc d’une chapelle castrale dont l’histoire est étroitement liée à celle des seigneurs de Mornay. Cette petite seigneurie était, jusqu’au début du XVè siècle, inféodée aux puissants sires de Thoire et Villard qui la cédèrent aux comtes de Savoie.

Le château fut abandonné au début du XVIIè siècle et ses ruines servirent à la construction du village éponyme situé à ses pieds.

La chapelle devint église paroissiale jusqu’en 1907 où, faute de curé, elle fut rattachée à la paroisse de Volognat. Elle prit alors le statut de simple chapelle sous le vocable de Saint-Pierre. Au sud du cimetière qui l’entoure se trouvaient la cure et son cellier. L’état de vétusté de la cure justifia sa démolition quelques années après la seconde guerre mondiale. Seul subsiste le cellier avec sa voûte en tuf et sa toiture à deux pans en lauze.

Au cours de ses neufs siècles d’existence, l’aspect de la chapelle a peu changé. Seul son clocher, anciennement assez petit et situé à l’aplomb du chœur, fut détruit en 1794 sur l’ordre d’Albite. Il a été remplacé vers 1840/1850 par un autre clocher beaucoup plus important bâti au-dessus du porche.

La couverture de la chapelle aux multiples pans est entièrement en lauze. Les fenêtres sont peu nombreuses et de petite dimension. Elles sont largement évasées vers l’intérieur en raison de l’épaisseur des murs (1,15 à 1,30 mètres) qui ont été couverts à l’extérieur de ciment moderne (restauration de 1974).

A l’intérieur subsistent encore quelques parties de décors muraux datés du XVè siècle. L’actuelle pierre d’autel a été retrouvée dans le dallage ainsi que deux pierres tombales désormais redressées contre le mur du fond.

Cet édifice a obtenu son classement au titre des Monuments Historiques en décembre 1982.

L’humidité est omniprésente dans tout l’édifice, principalement due au manque d’étanchéité de sa toiture de lauze et à ses murs recouverts, à l’extérieur, d‘un ciment ne laissant pas « respirer » la chapelle comme le ferait un crépissage à la chaux.

La majorité des travaux prévus va donc consister en un total remplacement de sa couverture en lave calcaire ainsi que de celle de son cellier. La totalité du décrépissage extérieur va aussi contribuer à l’assainissement de l’édifice. Il devrait être remplacé, après deux ou trois étés de séchage, par un crépi de chaux. Ces travaux devraient s’étaler sur un minimum de trois ans.

Le montant prévisionnel de ces travaux est de près de 1,4 millions d’euros. Après déduction de différentes subventions, ce sont environ 800.000 euros qui vont rester à la charge de la commune et de ses habitants (à peine plus de 1000).

Ne laissons pas notre patrimoine se détériorer, c’est la responsabilité de tous ! Aidez-nous à le maintenir. Votre aide, même la plus modeste, y contribuera.

L’association Histhoiria fait appel à votre générosité pour cette restauration que les générations futures seront heureuses de saluer.

Vos dons, par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine, nous aideront beaucoup à mener à terme ce projet.Vous en trouverez ci-joint le principe et les avantages.